Résumé du pourquoi avec trop de questions partie 3

Septembre 2008, mon fils commence la maternelle sans étiquette, je respire, il respire, nous respirons enfin, un peu, jusqu’à ce que le téléphone sonne pour la première fois. Et voilà, ce fut le début d’un éternel combat ( je ne savais pas à ce moment que ma vie changerait à tout jamais) le début d’une quête extraordinaire dans les chemins lourds de la mort de cette vie normale qui me filait encore entre les doigts. Encore aujourd’hui, quand nous vivons des moments plus difficiles, je me sens tellement coupable, je vie dans l’incertitude un mélange de tristesse, de frustration, parfois même de désespoir, je pleure souvent en me demandant ce que j’ai bien pu faire pour que mon enfant vive ça. Je sais c’est juste comme ça la vie mais des fois … On voudrait juste mettre le blâme du hasard sur nos épaules juste pour pouvoir mieux accepter.

La direction, les spécialistes, l’enseignante qui réclamait du Ritalin, les plans d’interventions, les suspensions internes/externes, les billets de transport et les petites sauterelles. Oui les petits sauterelles, c’est un programme de 6 semaines où on envoie nos amis de maternelle qui ne s’intègrent pas à cause de leurs comportements inadéquats; entre autre pour leurs donner des outils et essayer de les aider à fonctionner en milieu scolaire, les parents doivent aussi obligatoirement assister à trois rencontres pour aider son enfants données par le CLSC. Malheureusement, on envoie nos petits amis fragiles dans une autre école pour faire ça et la première rencontre pour les parents ressemblait plus à un cours d’économie familiale mélanger avec une formation de gardiens avertis ( ex: vous devez nourrir, vêtir, donner un toit, de l’amour …etc à votre enfant. J’espère sincèrement qu’aucun de ses parents ( parce que en plus ça se fait à plusieurs comme si on avait vrm envie de partager) n’avaient besoin de se faire rappeler le gros bon sens! ) bref, l’idée est bonne mais la façon est à retravailler !

Six semaines plus tard, on retourne le jeune dans sa classe, s’il ne rentre pas dans le droit chemin on lui colle une cote y,x ou z dans mon cas 12 trouble du comportement ( cette cote deviendra 14 l’année suivante; trouble grave du comportement. Maintenant il devrait avoir la cote 53; trouble relevant de la psychopathologie, mais non car le pédopsychiatre ne veut pas émettre un diagnostique ferme car il relève du trouble de l’humeur et ce type de trouble ne peut avoir un diagnostique ferme qu’à l’âge adulte: logique quoi! Mais la commission scolaire refuse de changer cette cote à cause qu’ils n’ont pas la certitude que mon fils a une maladie mentale! C’est certain que j’m’amuse à donner du Lithium, du Risperdal, de la Clonidine, du Strattera et surtout du Benadryl ( pour le calmer au besoin) juste parce qu’il veut faire chier le monde!) Ensuite, on lui dit que l’an prochain on le redirige vers une école spécialisée: Bye bye bonhomme encore une fois la normalité veut rien savoir de toi!

Une chance, j’ai réussi à soigner ma dépression, 11 longs mois avant de pouvoir retourner au travail et 5 ans de thérapie ( je viens de terminer il y a, à peine, six mois) .

Je n’en veux pas au gens de vouloir trouver des solutions, j’en veux au gens de vouloir trouver des solutions loin des gens normaux!

P.s Les maladies mentales ce n’est pas contagieux!

Publicités